Conférence « Madeleine Pré à Asnières »

with Pas de commentaire

Le vendredi 20 septembre, à 18h, le Manoir de la Cour, en partenariat avec l’association Patrimoine d’Asnières, accueille Hervé Delaune pour une conférence dédiée à Madeleine Pré et à son travail sur les fresques de l’église St Hilaire d’Asnières-sur-Vègre.

Asnières-sur-Vègre garde en son sein un trésor : l’église St Hilaire. Car derrière la fausse simplicité de sa façade, elle abrite précieusement des fresques d’une grande valeur historique et symbolique. Ces peintures murales, qu’il nous est possible d’admirer aujourd’hui, ont longtemps été caché aux yeux des ouailles qui fréquentaient l’église.

En effet, sans la découverte de Madeleine Pré, ces fresques qui font la renommée d’Asnières-sur-Vègre, resteraient cachés derrière une épaisse couche de badigeon. Ce furent d’abord les peintures de l’Enfer qu’elle découvrit en 1951, et elle poursuivit ses travaux sur les fresques jusqu’en 1956. Le travail de dégagement de ses peintures murales exceptionnelles permit le classement des fresques de l’Enfer afin de les sauvegarder. D’autres peintures furent ensuite découvertes dans l’église jusqu’en 1958. L’église d’Asnières et ces décors sont devenu un lieu majeur de la peinture murale romane.

A partir des archives personnelles de Madeleine Pré et des ses nombreux articles, de celles du musée des Monuments français, cette conférence animée par Hervé Delaune sera l’occasion d’apporter un nouvel éclairage sur le travail de celle qui révéla les fresques.

Madeleine Pré, une vie au service de l’Art

Lorsqu’elle découvre les peintures de l’Enfer sur le mur occidental de la Nef de l’église au cours de l’année 1951, Madeleine Pré est au fait de sa carrière de conservatrice-restauratrice de décors peints, entamée en 1944. Originaire d’Angers et de Renazé, elle se forme à la peinture à l’école des Beaux-Arts d’Angers puis se consacre aux arts et au patrimoine en travaillant dans des ateliers de restaurations de la région parisienne. Afin de se perfectionner dans la connaissance de la peinture monumentale, Madeleine Pré s’inscrit à l’école du Louvre en 1937 où elle consacre son mémoire sur l’inventaire des décors peint dans le Maine et l’Anjou. Elle obtient ainsi en 1942, l’agrément des services des monuments historiques et commence une carrière de restauratrice de peinture murale dans le Maine et l’Anjou. C’est dans ce cadre qu’elle restaura les fresques de l’église de Morannes ou d’Auvers-le-Hamon, entre autre. A partir de 1953, Madeleine Pré devint la conservatrice du musée au château de Laval et consacrera ses congés à la découverte des fresques d’Asnières.

Vendredi 20 septembre, 18h, 4 €

Répondre